Attitudes des éleveurs du système d’élevage bovin laitier intensif de la Mitidja face aux contraintes climatiques et d’accès aux ressources naturelles (sol et eau)

Chef du projet : LARIBI Sabria, chercheur CREAD

Objet du projet :
Le présent projet de recherche « CREAD  » proposé par l’équipe de recherche  » Dynamiques des systèmes de production agricoles » a pour objectif de produire des connaissances relatives aux attitudes des éleveurs du système d’élevage bovin-laitier de la Mitidja pour s’adapter aux contraintes climatiques et d’accès aux ressources naturelles (sol et eau) dans l’objectif d’étudier la dynamique de ce système. Le système d’élevage bovin laitier intensif en Algérie contribue à hauteur de 46 % dans la production laitière nationale, il se localise prés des grandes villes dans le but d’approvisionner la population citadine en lait et ses dérivés. Néanmoins, ledit système se trouve de plus en plus confronter à des contraintes principalement climatiques (climat de plus en plus sec ces dernières années) et d’accès aux ressources naturelles (foncier agricole et eau).

En effet, la Mitidja bénéficie d’un climat de type méditerranéen à étage subhumide littoral caractérisant l’ensemble des plaines côtières (BOUNAB, 2009), avec une influence continentale (le sirocco en été), des hivers pluvieux et doux, et des étés chauds et secs. Ce climat favorable caractérisé par une pluviosité importante (600 mm) connait depuis ces dernières décennies des sécheresses récurrentes (NAMANE, 2009). Par conséquent, il devient de plus en plus aride (Sidi Moussa, 2003). Relativement à l’élevage bovin laitier ces perturbations climatiques (sécheresse) ont un impact direct sur le système fourrager. Et par conséquent sur l’alimentation du cheptel bovin laitier.

En outre, ce type d’élevage, exigeant en eau et en sol (terres agricoles), se trouve face aux contraintes d’accès à ces ressources notamment pour des éleveurs en « hors-sol » par l’indisponibilité des terres en irriguées pour la location du fait de la restriction des superficies fourragères (faible pourcentage dans l’assolement dominé par l’arboriculture, la déperdition des terres agricoles à cause de l’avancé du béton, concurrence sur l’utilisation de l’eau entre les cultures rentables (maraichages et arboricoles) et fourragères. Ceci a induit des pratiques différentes des éleveurs de bovin laitier pour adapter leurs systèmes d’élevage. Face à ces contraintes la question à laquelle tenterai de répondre ce projet de recherche c’est de savoir quelles attitudes adoptent les éleveurs de bovins laitiers de la Mitidja face aux contraintes climatiques et d’accès aux ressources naturelles.